The primordial force of chaos

(the drawing is from IreneHorrors. See the page of that amazing artist : https://www.deviantart.com/irenhorrors/gallery)

The essential in witchcraft is to build an inner world that corresponds to us, in which we feel comfortable and that allows us to enchant our existence.

In the heart of a field of infinite possibilities, in the heart of emptiness, in the heart of nothingness filled with magic that the ancient germans called Ginungagap, galaxies and multiverse spring up. Born at a precise moment of Plancke’s magic time or eternal, the universes live, die and collide according to their own rules and laws.

Like an eternal impulse coming from the center of Ginungagap, Chaos, the dynamic force par excellence, infuses everything, which is why it is represented by arrows extending in all directions.

In this conception the magical energy is divided into eight, corresponding to the seven planets and the seven traditional colors, the eighth energy being the mysterious and indefinable synthesis of the other seven, it is called « octarine » by Peter Carroll who takes up there an idea of Terry Pratchet and his saga of the « world disc ».

This energy of pure chromatic magic, these seven dragons or head of the Great Dragon, penetrate each stratum of matter to the most quantum levels, and combine to form the infinite elements of reality. Chaos is present everywhere, even if few perceive it naturally.

We use the term Chaos but we could also say Tao, God, Magic, Great Goddess or personalize this energy: Isis, Ishtar, Tiamat, Lilith…

The universe is enchanted, our world is magic, our world is condensed magic. Magic is present everywhere and only asks to be awakened.

The whole question is whether this polymorphic energy permeating the universe is conscious or not. This question is skillfully posed by Peter Carrol, the founder of Chaos Magick, in the following terms in his book « Psychonaut »: « There are two schools of thought in magic. One considers that the formative agent of the Universe is random and chaotic, and the other considers that it is a spiritually conscious force. Since each has only himself as a model on which to base his speculations, this implies that depending on which school one chooses, one considers one’s own nature as random and chaotic or as spiritually conscious.  »

Personally, I rather adhere to the second school which presupposes that the formative energy of the Universe is a spiritual energy, conscious of itself and benevolent in some of its aspects. Not of a syrupy, paternalistic, moralizing, hypocritical « all-loving » kind like the god of certain religions but perhaps an evolutionary force guiding the being towards its fulfillment, it is the benevolent aspect of the Goddess Astaroth, the Soul of the World from which all souls come and every atom of reality. By awakening to the perception and manipulation of Witchcraft, the individual soul blossoms like a rose, in the center of which the Luciferian eye of self-knowledge and self-fulfillment opens. And awakening, the practitioner’s soul is in harmony with the Soul of the World, contributing to its awakening.

In this cosmogonic paradigm I do not include the notion of transcendental world as it is found in most official religions, even if I leave room for the realities of non ordinary and less tangible worlds such as the astral world or the world of shamanic travel. According to the transcendental model, our world is only a secondary reality created by a transcendent god or an illusion or even a negative reality. For my part, I set all this aside to build a multidimensional but immanent and horizontal system. No world outside the Universe, no inaccessible ideal or contempt of the existence but an asserted immanentist hedonism.

This « Great Goddess » is often symbolized by the star of Venus, or eight-pointed star of Ishtar which is not without evoking the star of Chaos.

It is this interconnection which, incidentally, explains the power of the correspondences and analogies essential to magical perception. For example, the color red and most of the natural elements red are connected to the planet Mars (or to the god Tyr) and thus to certain magical signs, runes or symbols, the whole forming a sort of Martian energy network… A network which itself is part of an infinitely larger energy network formed by the other planets (and the gods know what else), which are nothing more than relays/accumulators of energies coming from the bottom of the Cosmos.

Regis Boyer had it right when he said: In the most intimate part of this vision (the witch’s vision editor’s note) is read a purely idealistic conception of matter, literally animated by what the Polynesians call mana, the American Indians orenda and the Scandinavians the hugr.

The magical ritual, by its suggestive power and the strength of symbolic correspondences places the Sorcerer in a modified state of consciousness and in resonance with the Soul of the World. He is then able to use this energy (mana) to fulfill his will. In doing so, by forcing Nature to obey him or by attracting probabilities to his advantage, the Wizard works to remove the limits and obstacles of the finite world.

For the human will put in harmony with the cosmic forces is irresistible. Provided that the harmonization has been accomplished by means of a symbolic rite which speaks to us personally (hence the importance of building one’s own rites and one’s own system based on one’s own paradigm adapted from an existing or totally invented one).

Since consciousness draws from the very Source of universal energy, mana is channeled by the will, which can then direct it, express itself and influence reality. Because everything is interconnected, the magical consciousness that draws its energy from a part of the Soul of the World is then able to influence the whole. As when one pulls on a thread of a spider’s web, one makes the whole thing vibrate.

*

LA FORCE PRIMORDIALE DU CHAOS

L’essentiel dans la sorcellerie est de se bâtir un monde intérieur qui nous corresponde, dans lequel on se sent à l’aise et qui nous permette d’enchanter notre existence.

Au cœur d’un champ d’infinies possibilités, au cœur du vide, au cœur du néant empli de magie que les anciens germains appelaient Ginungagap, jaillissent les galaxies et les multivers. Nés à un instant précis du temps magique de Plancke ou éternels, les univers vivent, meurent et s’entrechoquent selon leurs règles et leurs lois propres.

Comme une impulsion éternelle venue du centre du Ginungagap, le Chaos, force dynamique par excellence, infuse toute chose, raison pour laquelle on le représente par des flèches s’étendant dans toutes les directions.

Dans cette conception l’énergie magique se divise en huit, correspondant aux sept planètes et aux sept couleurs traditionnelles, la huitième énergie étant la synthèse mystérieuse et indéfinissable des sept autres, elle est appelée « octarine » par Peter Carroll qui reprends là une idée de Terry Pratchet et de sa saga du « disque monde ».

Cette énergie de magie chromatique pure, ces sept dragons ou tête du Grand Dragon, pénètre chaque strate de matière jusqu’aux niveaux les plus quantiques, et se combinent pour former les éléments infinis de la réalité. Le Chaos est partout présent même si peu le perçoive naturellement.

On utilise le terme Chaos mais on pourrait aussi dire Tao, Dieu, Magie, Grande Déesse ou personnaliser encore cette énergie : Isis, Ishtar, Tiamat…

L’univers est enchanté, notre monde est magique, notre monde est de la magie condensée. La magie est présente partout et ne demande qu’à être éveillée.

Toute la question est de savoir si cette énergie polymorphe imprégnant l’univers est consciente ou non. Cette question est habilement posée par Peter Carrol, le fondateur de la Chaos Magick,  en ces termes dans son livre « Psychonaute » : « Il y a deux écoles de pensée en magie. L’une considère que l’agent formateur de l’Univers est aléatoire et chaotique, et l’autre considère que c’est une force spirituellement consciente. Comme chacun n’a que lui-même comme modèle pour fonder ses spéculations, cela implique que selon l’école que l’on choisit, on considère sa propre nature comme aléatoire et chaotique ou comme une consciente spirituelle.[1] »

Personnellement, j’adhère plutôt à la seconde école qui présuppose que l’énergie formatrice de l’Univers est une énergie spirituelle, consciente d’elle-même et bienveillante dans certains de ses aspects. Non d’un « tout amour » sirupeux, paternaliste, moralisatrice et hypocrite à la manière du dieu de certaines religions mais peut-être une force d’évolution guidant l’être vers son accomplissement, c’est l’aspect bienveillant de la Déesse Astaroth, l’Âme du Monde dont toutes les âmes sont issues ainsi que chaque atome de la réalité. En s’éveillant à la perception et à la manipulation de la Sorcellerie, l’âme individuelle s’épanouit comme une rose, au centre de laquelle s’ouvre l’œil luciférien de la connaissance et de l’accomplissement de soi. Et s’éveillant, l’âme du praticien se met en harmonie avec l’Âme du Monde, concourant à son éveil.

Dans ce paradigme cosmogonique je n’inclus pas la notion de monde transcendant comme on la retrouve dans la plupart des religions officielles, même si je laisse la place aux réalités des mondes non ordinaires et moins tangibles comme le monde astral ou le monde du voyage chamanique. Selon le modèle transcendantal, notre monde n’est qu’une réalité secondaire créé par un dieu transcendant ou une illusion voire une réalité négative. Pour ma part, j’écarte tout cela pour bâtir un système multidimensionnel mais immanent et horizontal. Pas de monde extérieur à l’Univers, pas d’idéal inaccessible ou de mépris de l’existence mais un hédonisme immanentiste affirmé.

Cette « Grande Déesse » est souvent symbolisée par l’étoile de Vénus, ou étoile d’Ishtar à huit branches qui n’est pas sans évoquer l’étoile du Chaos.

C’est cette interconnexion qui, soit dit au passage, explique le pouvoir des correspondances et des analogies essentielles à la perception magique. Par exemple la couleur rouge et la plupart des éléments naturels rouge sont reliés à la planète Mars (ou au dieu Tyr) et donc à certains signes, runes ou symboles magiques, l’ensemble formant une sorte de réseau d’énergie martienne… Réseau qui lui-même s’inscrit dans un ensemble de réseau énergétique infiniment plus vaste formé des autres planètes (et les dieux savent quoi d’autre), qui ne sont que des relais/accumulateurs d’énergies venant du fond du Cosmos.

Regis Boyer l’avait bien cerné lorsqu’il dit : Au plus intime de cette vision (la vision sorcière ndlr) se lit une conception proprement idéaliste de la matière, littéralement animée par ce que les Polynésiens appellent mana, les Indiens d’Amérique orenda et les Scandinaves l’hugr.

Le rituel magique, par son pouvoir suggestif et la force des correspondances symboliques place le Sorcier en état de conscience modifié et en résonance avec l’Âme du Monde. Il est alors en mesure d’utiliser cette énergie (mana) pour que s’accomplisse sa volonté. Ce faisant, en forçant la Nature à lui obéir ou en attirant les probabilités à son avantage, le Sorcier s’attache à supprimer les limites et obstacles du monde fini.

Car la volonté humaine mise en harmonie avec les forces cosmiques est irrésistible. Pour peu que l’harmonisation ait été accomplie au moyen d’un rite symbolique qui nous parle personnellement (d’où l’importance de se construire ses propres rites et son propre système basé sur son propre paradigme adapté d’un existant ou totalement inventé).

La conscience allant puiser à la Source même de l’énergie universelle, le mana est canalisé par la volonté qui peut alors le diriger, s’exprimer et influencer la réalité. Car comme tout est interconnecté, la conscience magique qui puise son énergie dans une partie de l’Âme du Monde est alors en mesure d’influencer l’ensemble. Comme lorsque l’on tire sur un fil d’une toile d’araignée, l’on fait vibrer tout l’ensemble.


[1] Peter J.Carroll, Liber Null & Psychonaute, Weiser Books, 1987, p 192.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s