Nothing is true, everything is permitted (2/2)

  1. From a political point of view :

The game series Assassin’s Creed, a cultural phenomenon, particularly develops this aspect of the motto by bringing the following development:

« When the laws of men try to dictate your way, remember that no voice can claim to prevail over yours, whether it comes from those who say they are quoting your God. In this remember that nothing is true ».

« When the chains of any kind of slavery hold you back, remember that you are free from your actions, and that no one can hold back the impulse of freedom. In this, remember that everything is permitted. »

And more than ever, these considerations are topical. Indeed, everywhere conservative, nationalist, coercive and exclusive forces are trying to limit freedoms in the name of traditional or religious morality.
From the United States of Trump to Putin’s Russia, from Poland to Hungary, from Brazil to the Gulf countries… Everywhere individual and fundamental freedoms are threatened.

And this leads to the third level of application of the motto :

  1. The moral point of view:

This is undoubtedly where we must be the most careful. One could easily fall into an outrageous egocentrism, justifying all abuses on others.

This is the same criticism that has been made of Crowley’s famous motto: « Do what the Law will do ».
This is, moreover, the classic liberticidal discourse: if we leave freedom to individuals, they will do anything with it.

Perhaps, on the contrary, it is necessary to show humanism like Rabelais, that is to say, to show optimism. Every human being seeks to be able to live his or her life in complete freedom, and all of us realize that to encroach on the freedom of others is to expose ourselves to repercussions that could put our own freedom at stake. In other words, our freedom stops where the other’s freedom begins.

Finally, it would already be counterproductive to believe that having a principle means that we must absolutize it at all levels of thought. The preventive and repressive apparatus of justice in democracies must continue to improve; this motto does not imply that we can do without the justice of men.

Nothing is true everything is permitted is not the apology of selfishness or an anarchic behavior valuing the law of the strongest but that of total freedom of thought and action. This freedom only makes sense if one respects and even encourages others to exercise their own freedom. This freedom only makes sense through the awareness of the interdependence of beings among themselves.

From the perspective of a pantheist or animist paradigm, every part of reality is traversed by magical energy. This energy connects individuals with each other but also individuals with Nature. Helping others to grow, to fulfill themselves, to individuate themselves, to get out of their conditioning, is also growing and evolving oneself.

There can be no true freedom without awareness and responsibility.

Nothing is true, everything is allowed is not a license for a deleterious amorality but an appeal to the highest form of morality: that which is lived from within, without conditioning but through empathy and awareness of the Web of Existence linking events and beings.

*

2. D’un point de vue politique :

La série de jeu Assassin’s Creed, phénomène culturel, développe particulièrement cet aspect de la devise en apportant le développement suivant : 

« Quand les lois des hommes tentent de te dicter ta voie, souviens-toi qu’aucune voix ne peut prétendre à prévaloir sur la tienne, puisse-t-elle venir de ceux qui disent citer ton Dieu. En cela rappelle-toi que rien n’est vrai. ».

« Quand les chaines d’un asservissement quelconque te retiennent, souviens-toi que tu es libre de tes actes, et que personne ne peut retenir l’élan de la liberté. En cela rappelle-toi que tout est permis. »

Et plus que jamais ces considérations sont d’actualité. En effet, partout des forces conservatrices, nationalistes, coercitives et exclusivistes tentent de limiter les libertés au nom d’une morale traditionnelle ou religieuse.

Des Etats-Unis de Trump à la Russie de Poutine, de la Pologne à la Hongrie, du Brésil aux pays du Golfe… Partout les libertés individuelles et fondamentales sont menacées.

Et ceci mène au troisième niveau d’application de la devise :

3. Le point de vue moral :

C’est sans doute là qu’il faut être le plus prudent. On pourrait facilement tomber dans un égocentrisme outrancier, justifiant tous les abus sur autrui. 

C’est d’ailleurs le même reproche que l’on a fait à la fameuse devise de Crowley : « Fais ce que voudras sera le tout de la Loi ».

C’est d’ailleurs le classique du discours liberticide, si on laisse la liberté aux individus, ils en feront n’importe quoi.

Peut-être faut-il, au contraire, faire preuve d’humanisme comme Rabelais, c’est-à-dire faire preuve d’optimisme. Chaque être humain cherche à pouvoir vivre sa vie en toute liberté, et tous, nous nous rendons compte qu’empiéter sur la liberté d’autrui, c’est s’exposer à des répercutions qui pourraient mettre notre propre liberté en jeu. Autrement dit, notre liberté s’arrête où celle de l’autre commence.

Enfin, il serait déjà contreproductif de croire qu’avoir un principe signifie qu’il faille l’absolutiser à tous les niveaux de la pensée. L’appareil préventif et répressif de la justice dans les démocraties doit continuer à s’améliorer, cette devise n’implique aucunement de se passer de la justice des hommes.  

Rien n’est vrai tout est permis n’est pas l’apologie de l’égoïsme ou d’un comportement anarchique valorisant la loi du plus fort mais celle de la liberté totale de pensée et d’action. Cette liberté ne prend un sens que si l’on respecte, voire encourage autrui à exercer sa propre liberté. Cette liberté ne prend sens que par la conscience de l’interdépendance des êtres entre eux.

Dans l’optique d’un paradigme panthéiste ou animiste, chaque parcelle de la réalité est parcourue par l’énergie magique. Cette énergie relie les individus entre eux mais aussi les individus avec la Nature. Aider l’autre à grandir, à s’accomplir, à s’individuer, à sortir de ses conditionnements, c’est aussi grandir et évoluer soi-même.

Il ne peut y avoir de vraie liberté sans prise de conscience et prise de responsabilité.

Rien n’est vrai, tout est permis n’est pas une licence pour une amoralité délétère mais un appel à la plus haute forme de morale : celle qui se vit de l’intérieur, sans conditionnement mais par empathie et conscience de la Toile de l’existence reliant entre eux les événements et les êtres.   

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s