Sorcerer’s Memories : How I discover the other side.

I find that the girl was beautiful : too much maybe… I was just coming out of adolescence and had been made fragile by a childhood spent in drama and domestic violence. A fickle and manipulative father, a depressed and violent mother, internally, it was rather a mess.

And then, this disappointment in love… and friendship since, of course, the girl left with my best friend at the time.

In this fragility that was then mine, the best solution that appeared to me was a cocktail of illicit substances infused in boiling water and ingested with pathetic despair. I didn’t know at that moment, as the disastrous tea spread through my veins, that this was the beginning of an extraordinary journey. I didn’t know that I would, like Achilles plunged into the Styx, become invincible.

By the time my organism digested the substance, it was the explosion of perception. In the mirror, my silhouette was suddenly like a shadow, like a black spectrum surrounded by crackling blue flames. I laughed stupidly, thinking of a simple hallucination that would fade away.

But this was only the beginning, the phenomena were going to follow one another: telepathy, two-dimensional perception, very clear visions of a Renaissance-style room in which I had been poisoned. Projection or distant echo of another life? Hallucination or perception of another reality? I ask myself this question at this moment, while at regular intervals I briefly recover a way of thinking and being « normal », in a kind of roller coaster alternating descent and ascent of the substance in the body.

Suddenly the room starts spinning around me, or is it me spinning around myself ?

Suddenly the room starts spinning around me, or is it me spinning around myself ?

I’m sucked into this vortex, as if I’ve been stripped of myself, a cracking sensation and my body collapses on the bed. Yet I haven’t moved. I am still in the center of the room, slightly above myself. I am totally sober at this moment and I contemplate myself with little kindness. I was raised to have little indulgence for myself. A weakness that will take me years to heal, it is important to love oneself unconditionally.

But at this moment I look at myself, lying on the bed. And I am free… definitively, superbly, sumptuously free… So free that I don’t want to return to this heavy and slow body, whereas here, I feel it, I can move at the speed of thought.

My gaze then rises like a magnet. The ceiling of the room has disappeared! Instead, a huge ball of yellow fire. A warm, reassuring light, an intense force. Nothing marshmallow in that, there is no sentimentality in the energy that surrounds me.

I am your father!  

The voice resonates with my consciousness. It rolls like a rumble of thunder, filling the whole Universe. I am astonished by this statement, which reminds me of one of my cult films.

(With time, I remain doubtful about the meaning of this presentation. I thought for a moment that it was about God…the Father, which will bring me to convert to Christianity for a while, despite my heart screaming at me not to do anything about it. I also thought it could be my biological father. Well, he was still alive at the time and not at all the type to walk around the house in the form of a giant fireball. But, who knows, maybe it was his noumenal self, his timeless self… Unless it was my old companion, the One-Eyed God with countless names… one of which is Alfadir, the Father of Everything…or maybe it was Lucifer)

As I was to learn later, the logic on the other side of the mirror is not the same as the logic of the ordinary world and often the meaning of contacts or messages does not appear clearly, much later… or ever…

As I was to learn later, the logic on the other side of the mirror is not the same as the logic of the ordinary world and often the meaning of contacts or messages does not appear clearly, much later… or ever…

Perplexed, I look at my body and suddenly feel reminded of it. I am attracted, feel like a scratch and blink… I am lying on my bed, trying to understand what has just happened to me. 

A little later, I open the window to get some fresh air. The night is dark and cool at the beginning of November. In front of me, a basin of flowers. I can barely guess it in the dark. I think: It would be nice if I could see the flowers. No sooner have I formulated this desire in my mind than the flowers light up. Not as if my mind was creating luminous spots to be superimposed on the flowers, but rather as if the inner light of the petals suddenly revealed itself to me.     

It took me a good week to get over it. For the next few days I had terrible holes. I would wake up in the morning, get up to make breakfast, blink my eyes and find myself three hours later on the street, not knowing where I was going. But already, at this moment, I am not afraid, I am no longer afraid. I know that my life from now on will be forever different from what it used to be. I am taking the full measure of the change that is sweeping through me because even if I have not fully understood what I have been through, I am at least absolutely certain that there is something on the other side. And from this certainty comes a sense of peace and total invincibility.

It was the beginning of a quest, a path that would lead me through many religious, mystical, magical, witch and shamanic routes.

A path taken 25 years ago and not a day goes by without me blessing the destiny of having made me live it. The girl was beautiful and the disappointment she brought me had a decisive effect on my life because the fear of death was banished forever.

As Terence Mc Kenna rightly says: The purpose of life is to familiarize oneself with this after-death body so that the act of dying does not create confusion in the act of the psyche.

Every witch’s life experience sooner or later involves the use of entheogenic substances. This unblocks perception and opens the mind. Provided, of course, that the use in itself is moderate and sacred, the use of substance in a recreational setting has nothing to do with Witchcraft. To point out that the physical and psychological dependence, slavery or illusion are the exact opposite of what the Shadow Sorcerer seeks.

(The drawing is made by Irene Horror, reproduced here with her autorisation… See her profil on devianart : https://www.deviantart.com/irenhorrors/art/Haunting-853538780)

*

Je trouvais que la fille était belle, trop peut-être… Je sortais alors de l’adolescence et avais été rendu fragile par une enfance passée dans les drames et les scènes de ménage. Un père volage et manipulateur, une mère dépressive et violente, intérieurement, c’était plutôt le bordel.

Et puis, cette déception amoureuse… et amicale puisque, bien sûr, la fille partit avec mon meilleur ami du moment.

Dans cette fragilité qui était alors la mienne, la meilleure solution qui m’apparut consistait en un cocktail de substances illicites infusées dans l’eau bouillante et ingurgitées avec un désespoir pathétique. Je ne savais pas à cet instant, alors que le thé funeste se répandait dans mes veines, que c’était le début d’un voyage extraordinaire.

Je ne savais pas que j’allais, tel Achille plongé dans le Styx, devenir invincible.

Je ne savais pas que j’allais, tel Achille plongé dans le Styx, devenir invincible.

Le temps que mon organisme digère la substance et ce fut l’explosion de la perception. Dans le miroir, ma silhouette était soudainement pareille à une ombre, comme un spectre noir entouré de flammes bleues et crépitantes. Je ris bêtement, pensant à une simple hallucination qui allait s’estomper.

Mais ce n’était que le début, les phénomènes allaient s’enchaîner : télépathie, perception en deux dimensions, visions très claires d’une chambre de style Renaissance dans laquelle j’avais été empoisonné. Projection ou écho lointain d’une autre vie ? Hallucination ou perception d’une réalité autre ? Je me pose la question à cet instant, alors qu’à intervalles réguliers, je récupère brièvement un mode de pensée et d’être « normaux », dans une sorte de montagnes russes alternant descente et remontée de la substance dans l’organisme.

Soudain la pièce se met à tourner autour de moi, ou est-ce moi qui tourne sur moi-même ? Je suis aspiré dans ce vortex, comme déchevillé de moi-même, une sensation de craquement et mon corps s’écroule sur le lit. Pourtant, moi, je n’ai pas bougé. Je suis toujours au centre de la pièce… légèrement au-dessus de moi-même. Je suis totalement sobre à cet instant et je me contemple avec peu d’aménité. J’ai été éduqué à avoir peu d’indulgence pour ma personne. Une faiblesse dont je mettrai des années à me guérir, il est important de s’aimer de manière inconditionnelle.

Mais à cet instant, je me regarde, couché sur le lit. Et je suis libre… définitivement, superbement, somptueusement libre… Tellement libre que je n’ai pas envie de revenir dans ce corps lourd et lent alors qu’ici, je le sens, je peux me déplacer à la vitesse de la pensée.

Mon regard se lève alors comme aimanté. Le plafond de la chambre a disparu ! A la place, une immense boule de feu jaune. Une lumière chaude, rassurante, une force intense. Rien de guimauve dans cela, il n’y a aucun sentimentalisme dans l’énergie qui m’environne.

Je suis ton père !  

La voix résonne à ma conscience. Elle roule comme un grondement de tonnerre, emplissant tout l’Univers. Je suis étonné par cette déclaration qui me rappelle l’un de mes films cultes.

(Avec le temps, je reste dubitatif sur la signification de cette présentation. J’ai pensé à un moment qu’il s’agissait de Dieu…le Père, ce qui me vaudra de me convertir un temps au Christianisme malgré mon cœur qui me hurlait de ne rien en faire. J’ai aussi pensé qu’il pouvait se s’agir de mon père biologique. Bon, il était encore vivant à l’époque et pas du tout le genre à se promener dans la maison sous forme de boule de feu géante. Mais, qui sait, peut-être était-ce son moi nouménal, son moi intemporel… A moins qu’il ne s’agisse de mon vieux compagnon, le Dieu Borgne aux innombrables noms… dont l’un est Alfadir, le Père de Tout… à moins qu’il ne se fusse s’agit de Lucifer ?) Comme je devais l’apprendre plus tard, la logique de l’autre côté du miroir n’est pas la même que celle du monde ordinaire et souvent le sens des contacts ou des messages n’apparait pas clairement, bien plus tard… ou jamais

Perplexe, je regarde alors mon corps et soudain, m’y sens rappelé. Je suis attiré, ressens comme un scratch et cligne des yeux… Je suis couché sur mon lit, tentant de comprendre ce qui vient de m’arriver. 

Un peu plus tard, j’ouvre la fenêtre pour prendre l’air. La nuit est sombre et fraîche en ce début de mois de novembre. Devant moi, une vasque de fleurs. Je la devine à peine dans l’obscurité. Je pense : Ce serait bien si je pouvais voir les fleurs. A peine ai-je formulé ce désir dans mon esprit que les fleurs s’illuminent. Non comme si mon esprit créait des taches lumineuses à surimposer aux fleurs mais plutôt comme si la lumière intérieure des pétales se révélait soudain à moi.     

J’ai mis une bonne semaine à m’en remettre. Pendant les jours qui suivirent, j’avais des trous terribles. Je me réveillais le matin, me levais pour préparer mon déjeuner, clignais des yeux et me retrouvais trois heures plus tard dans la rue, ne sachant pas où j’allais.

Mais déjà, à cet instant, je n’ai pas peur, je n’ai plus peur. Je sais que ma vie désormais sera à jamais différente de ce qu’elle fut jusqu’alors.

Mais déjà, à cet instant, je n’ai pas peur, je n’ai plus peur. Je sais que ma vie désormais sera à jamais différente de ce qu’elle fut jusqu’alors. Je prends la pleine mesure du changement qui déferle en moi car même si je n’ai pas entièrement compris ce que j’ai vécu, j’ai du moins la certitude absolue qu’il y a quelque chose de l’autre côté. Et de cette certitude nait un sentiment de paix et d’invincibilité totale.

Ce fut le début d’une quête, un chemin qui allait me mener par de nombreuses routes religieuses, mystiques, magiques, sorcières et chamaniques.

Un chemin emprunté, il y a 25 ans et dont pas un jour ne passe sans que je bénisse le destin de me l’avoir fait vivre. La fille était belle et la déception qu’elle m’apporta eut des conséquences décisives sur ma vie car la peur de la mort en fut à jamais bannie.

Comme le dit très justement Terence Mc Kenna : Le but de la vie est de se familiariser avec ce corps d’après mort afin que l’acte de mourir ne crée pas de confusion dans l’acte de la psyché.

Toute expérience de vie sorcière compte tôt ou tard l’utilisation de substance enthéogène. Celle-ci débloque la perception et ouvre l’esprit. A condition bien sûr que l’usage en soi modéré et sacralisé, l’utilisation de substance dans un cadre récréatif n’a rien à voir avec la Sorcellerie. A signaler que la dépendance physique et psychologique, l’esclavage ou l’illusion sont l’exact opposés de ce que cherche le Sorcier de l’Ombre.

(L’illustration est d’Irene Horror. Voir son excellent travail sur deviant art : https://www.deviantart.com/irenhorrors/art/Haunting-853538780)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s