Sorcery : a tool to act on the world

Again, there is no ready-made definition of magic or witchcraft. The way of looking at this set of practices will vary depending on whether one is looking at it from the point of view of the historian, the anthropologist, the non-practicing scholar or the scholarly practitioner or not.

Magic is the art of bringing about changes in existence in accordance with the will said Crowley. One could also say that magic is the art of playing the best you can with the cards in your hand. But magic is also the art of discovering your cards. Indeed, most people ignore a large part of their hand and are content to play with only half a deck. This is because, conditioned to constantly demean us, power frightens us, especially our own.  Witchcraft is therefore to accept our power, to use it and develop it in all aspects of daily life so that it can flow and irrigate our lives. Witchcraft is to open the inner sluices and allow ourselves to be infused by our own power. 

For my part, there are three functions to witchcraft.

The first is to influence our existence by allowing us to reach our goals.

The second is to be a tool for knowing ourselves, the Universe and self-realization.

The third is to re-enchant the world.

1. A tool to act on the world and on oneself

In the world of esotericism, a distinction is often made between magic and sorcery or, more pejoratively, between High Magic and Low Magic. The first is supposed to be concerned with putting the magician in relation with high spirits, or even in communion with God.

The second, often denied by the practitioners of the first, would only be concerned with improving the material condition of its user.

To High Magic would belong the tension and the ascension of the soul towards God. The Low Magic would be satisfied with the invocation to the spirits to find a job, to seduce for a one-night stand or to acquire a new car, in short to increase its material wealth and its life experience.

Personally, I challenge this distinction. There are no two magics and there is no bottom or top. Nor is there a distinction between matter and spirit because everything is energy, matter is condensed spirit.

We are embodied beings connected to the whole energy Universe. By our birth, as human beings, we are gods, dedicated to transforming the world through the power of magic (any transforming act, whether artistic, scientific or loving, is in truth a magical act). The genius writer Alan Moore used to say: I believe that magic is art, and that art is literally magic. Art, like magic, is about manipulating symbols, words or images to produce changes in consciousness. In fact, to cast a spell is simply to say, to manipulate words, to change people’s consciousness, and that’s why I believe that an artist or a writer is the closest thing in the contemporary world to a shaman.

The motor of action and magic is desire. The desire to improve one’s living condition, the desire to possess, the desire to create, the sexual desire, the desire for Beauty, the desire to succeed and to realize oneself, all this is the fuel and the motor of the magic act.

Of course, if these desires are too disordered, they can become brakes rather than motors: jealousy, envy, greed, anguish of success, racing to quench the thirst for lust have always been brakes to magical development because they weaken the will. But these imbalances do not disqualify desire (in all its forms), first and foremost that of enjoying the world and its pleasures. Sorcery is hedonistic and epicurean. 

To use its magic to obtain things in the material world is therefore not something vulgar, low or negative. I am tired of this opposition between being and having, because he who has nothing or little, who is starving, who cannot feed his children or cannot afford to pay his rent, cannot be or not be fully. And he who morbidly turns away from the world in order to have nothing, in reality turns away from life for a vain mystical quest.

But on the contrary, the legitimate and natural desire to satisfy one’s will to have, in reality joins the desire to be in the world, to act on it, to live fully in its bosom in order to build the Twilight Kingdom, namely the integration of all facets of the personality (physical, psychic and animic or spiritual) in a realization hic et nunc without seeking salvation elsewhere nor waiting for an illusory eschatological or prophetic realization. TheTwilight Kingdom is built here and now, in oneself but also around oneself in the here and now.

The Twilight Kingdom is built here and now, in itself but also around itself by qualitatively changing its daily environment by improving our relationships but also our living space, the quality of our occupations during our free time, etc…

The magic fact is inseparable from faith in a numinous force: without it, there is no magic, without the solicitation of this force, of these forms it can take through nature, there is no magician. The starting position is thus resolutely anti-intellectual: the world of the body, the libido, the desire are, at the origin of any magic operation, directly or, by transfer, by means of various objects (talismans, for example).

The contempt of having is a declension of the hatred of the world, a deviation whose origins can be found in certain Gnostic sects taken up by the Catholic Church and other religions and which marked the conception of the world within certain Magic Orders.

*

Encore une fois, on ne trouvera pas de définition toute faite de la magie ou de la sorcellerie. La manière d’envisager cet ensemble de pratiques variera selon que l’on se place du point de vue de l’historien, de l’anthropologue, de l’érudit non pratiquant ou du praticien érudit ou non.

La magie est l’art de faire advenir des changements dans l’existence en accord avec la volonté disait Crowley. On pourrait aussi dire que la magie est l’art de jouer le mieux possible avec les cartes que l’on a en mains. Mais la magie est également l’art de découvrir ses cartes. En effet, la plupart des gens ignorent une grande partie de leur main et se satisfont pleinement de ne jouer qu’avec une moitié de jeu. C’est que, conditionnés à nous rabaisser sans cesse, le pouvoir nous fait peur, surtout le nôtre.  La sorcellerie est donc d’accepter notre puissance, de l’utiliser et de la développer dans tous les aspects du quotidien afin de lui permettre de couler à flots et d’irriguer notre vie. La sorcellerie, c’est ouvrir les écluses intérieures et se laisser infuser par notre propre puissance. 

Pour ma part, il y a trois fonctions à la sorcellerie.

La première est d’influencer notre existence en nous permettant d’atteindre nos objectifs.

La deuxième est d’être un outil de connaissance de nous-mêmes, de l’Univers et de réalisation de soi.

La troisième est de réenchanter le monde.

1. Un outil pour agir sur le monde et sur soi

Dans le monde de l’ésotérisme, on fait souvent la distinction entre magie et sorcellerie ou, de manière plus péjorative, entre Haute Magie et Basse Magie. La première est censée se préoccuper de mettre le mage en relation avec des esprits élevés voire mettre en communion avec Dieu.

La seconde, souvent déniée par les praticiens de la première ne se préoccuperait que d’améliorer la condition matérielle de son utilisateur.

A la Haute Magie appartiendrait la tension et l’ascension de l’âme vers Dieu. La Basse Magie se contenterait de l’invocation aux esprits pour trouver un boulot, séduire pour un coup d’un soir ou acquérir une nouvelle voiture, bref augmenter sa richesse matérielle et son expérience de vie.

Personnellement, je récuse cette distinction. Il n’y a pas deux magies et il n’y a pas de bas ou de haut. Il n’y a pas non plus de distinction entre la matière et l’esprit car tout est énergie, la matière est de l’esprit condensé.

Nous sommes des êtres incarnés reliés à l’ensemble de l’Univers énergie. Par notre naissance, en tant qu’êtres humains, nous sommes des dieux, voués à transformer le monde par la puissance de la magie (tout acte transformateur, qu’il soit artistique, scientifique ou amoureux est en vérité un acte magique.) Le scénariste de génie Alan Moore disait : Je crois que la magie est de l’art, et que l’art est littéralement de la magie. L’art, comme la magie, consiste à manipuler les symboles, les mots ou les images pour produire des changements dans la conscience. En fait, jeter un sort, c’est simplement dire, manipuler les mots, pour changer la conscience des gens, et c’est pourquoi je crois qu’un artiste ou un écrivain est ce qu’il y a de plus proche, dans le monde contemporain, d’un chaman[1].

Le moteur de l’action et de la magie, c’est le désir. Le désir d’améliorer sa condition de vie, le désir de posséder, le désir de créer, le désir sexuel, le désir de la Beauté, le désir de réussir et de se réaliser, tout cela est le combustible et le moteur de l’acte magique.

Bien sûr que si ces désirs sont trop désordonnés, ils peuvent devenir des freins plutôt que des moteurs : jalousie, envie, cupidité, angoisse de succès, course éperdue pour étancher la soif de luxure ont toujours été des freins au développement magique parce qu’ils affaiblissent la volonté. Mais ces déséquilibres ne disqualifient pas le désir (sous toutes ses formes), en premier lieu celui de jouir du monde et de ses plaisirs. La magie peut être hédoniste ou épicurienne. 

Utiliser sa magie pour l’obtention de choses dans le monde matériel n’est donc pas quelque chose de vulgaire, de bas ou de négatif. Je suis las de cette opposition entre être et avoir car celui qui n’a rien ou pas grand-chose, qui meurt de faim, ne sait pas nourrir ses enfants ou n’a pas de quoi payer son loyer, ne peut pas être ou pas être pleinement. Et celui qui se détourne morbidement du monde pour être sans rien avoir, se détourne en réalité de la vie pour une vaine quête mystique.

Mais au contraire, le légitime et naturel désir de satisfaire sa volonté d’avoir, rejoint en réalité le désir d’être au monde, d’agir sur celui-ci, de vivre pleinement en son sein pour y construire le Royaume du Crépuscule, à savoir l’intégration de toutes les facettes de la personnalité (physique, psychique et animique ou spirituelle) dans une réalisation hic et nunc sans chercher de Salut ailleurs ni attendre une illusoire réalisation eschatologique ou prophétique. Le Royaume du Crépuscule se construit ici et maintenant, en soi mais aussi autour de soi en changeant qualitativement son environnement quotidien en améliorant nos relations mais aussi notre lieu d’habitation, la qualité de nos occupations lors de nos temps libres, etc…

Le fait magique est inséparable de la foi en une force numineuse : sans celle-ci point de magie, sans la sollicitation de cette force, de ces formes qu’elle peut prendre à travers la nature, point de magicien. La position de départ est donc résolument anti-intellectuelle : le monde du corporelle, de la libido, du désir sont, à l’origine de toute opération magique, directement ou, par transfert, au moyen de divers objets (talismans, par exemple)[2]

Le mépris de l’avoir est une déclinaison de la haine du monde, déviance dont les origines se trouvent dans certaines sectes gnostiques reprisent par l’Eglise Catholique et d’autres religions et qui marqua de leur emprunte la conception du monde au sein de certains Ordres magiques.


[1] https://thecultoffrogs.wordpress.com/alanmoore/

[2] Régis Boyer, Le Monde du Double, Berg International, p14, 1986

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s